Les portraits à la Bibliothèque de la Bourgeoisie

Graviseth.jpg

Salome Graviseth, née von Erlach, 1623

Déjà au XVIIe siècle, le portrait était un moyen important d’autoreprésentation des couches sociales dirigeantes. Si c’étaient d’abord les patriciens bernois qui avec les portraits de famille faisaient démonstration de leur statut privilégié, l’effigie de soi s’établit surtout au XIXe siècle comme outil efficace d’autoreprésentation de la bourgeoisie naissante.

Les portraits bernois constituent un élément essentiel dans nos fonds: la collection de peintures, la collection graphique, les archives photographiques et les archives privées contiennent un grand nombre de portraits du XVIe siècle jusqu’à présent.

En plus de sa propre collection, la Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne alimente une riche documentation photographique sur les portraits bernois du XVIe jusqu’au XIXe siècle se trouvant en propriété privée, chez les institutions publiques ou ayant passé par le commerce de l’art. Cette documentation unique représente une source centrale pour la recherche et les sciences.

Online-Archivkatalog

Catalogue en ligne des archives

Bibliothekskatalog

Catalogue de bibliothèques

HTS

Recherche thématique
Navigation rapide
dans les fonds